5 mythes associés au travailleur social

un groupe de bénévoles disponibles au travail social

Le métier de travailleur social est souvent méconnu, incompris, perçu négativement ou totalement admiré. Voici donc cinq mythes avec lesquels il doit composer :

Le rôle du travailleur social de la DPJ est de vous enlever vos enfants!

Heureusement, cette affirmation est un mythe et non une réalité. Le rôle de la DPJ est de voir à l’application de la Loi sur la protection de la jeunesse et de la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents. En fait, l’intervention de retrait d’un enfant de son milieu se produit principalement lorsque le bien-être et la sécurité d’un enfant sont compromis ou à risque de l’être. Dans les faits, le travailleur social visite les familles pour établir un équilibre familial et protéger l’enfant.

Tu vois un travailleur social ? Tu dois avoir de gros problèmes !

La société dans laquelle nous vivons incite les gens à régler leurs problèmes par eux-mêmes et à sourire lorsque tout va mal. Or, la notion de « problèmes » et son niveau d’intensité varient pour chacun. Le travailleur social aide une personne à traverser un obstacle qui l’empêche de bien fonctionner. Les avantages sont grands à aller chercher de l’aide. L’être humain naît et se développe avec des outils acquis au fil de ses expériences. Parfois, ces outils sont limités, moins adaptés ou tout simplement sous-estimés. Le travailleur social vient donc combler ce manque et fournir à l’individu les outils dont il a besoin pour avancer et grandir.

Les travailleurs sociaux sont tous des chialeux !

Un des rôles du travailleur social est de faire respecter les droits sociaux des personnes, des groupes et des collectivités. La justice sociale et la démocratie sociale sont aussi les principes qui orientent l’intervenant dans son travail. Le travailleur social est la voix des sans voix. C’est donc lui qui parlera tout haut et qui dérange souvent ceux contre qui il se prononce. Pour ceux que les travailleurs sociaux « dérangent », ils deviennent des « chialeux », mais pour les personnes qu’ils défendent, ils sont de véritables combattants.

Ceux qui ont connu des problèmes font de bons travailleurs sociaux

Un passé difficile n’est pas nuisible pour l’intervention. Toutefois, le travailleur social intervient auprès d’individus vulnérables. Il doit donc être solide comme intervenant et comme personne. Le principe du guérisseur blessé, développé par Carl Gustav Jung et le livre Le guérisseur blessé, écrit par Jean Mombourquette, expriment bien l’importance de prendre soin de soi avant de prendre soin des autres. Les deuils et les souffrances laissent des traces. Les expériences passées peuvent être des repères pour la personne aidante dans sa compréhension de l’autre. Néanmoins, une personne sans histoire peut très bien comprendre l’autre et l’accueillir dans sa réalité. Les travailleurs sociaux sont des professionnels et leur parcours de vie n’est pas un critère de sélection. L’important est d’assumer leurs fonctions selon les valeurs, théories et approches prônées par le code de déontologie de l’Ordre des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux du Québec.

On méconnaît le rôle du travailleur social

Les travailleurs sociaux interviennent dans le secteur privé, public, associatif ou auprès des collectivités territoriales. Leurs tâches varient, dépendamment du milieu dans lequel ils interviennent. Partout, ils contribuent à résoudre ou prévenir des problèmes d’ordre personnel, familial ou social. Leurs outils sont nombreux et leur désir est sincère de faire la différence dans leur milieu et de contribuer ainsi à un monde meilleur.

Vous souhaitez devenir travailleur social? Prenez rendez-vous en coaching d’orientation afin de valider votre profil et votre choix.