Quatre étapes vers la bienveillance

Prendre soin de soi et des autres serait la plus simple définition de la bienveillance. C’est d’abord une attention que l’on porte à soi, dans le respect de nos forces, de nos limites et de notre personne. Être attentif à ce qui se passe en nous, c’est une première façon de se montrer bienveillant. Respecter ses limites (quitte à déplaire), réaliser ses rêves, exprimer ses besoins, sont d’autres façon de pratiquer la bienveillance. La reconnaissance de nos émotions est sans aucun doute le premier pas à franchir.

La nature de l’émotion

Une émotion est un état, une réaction psychologique et physiologique, une information que notre corps nous procure. Il existe six émotions de base : la peur, la colère, la surprise, la tristesse, la joie et le dégoût. Évidemment, chaque individu vit une émotion selon sa personnalité. La capacité à exprimer ses émotions varie selon des facteurs intrinsèques (propres à soi) et extrinsèques (modèle familial et culturel). Par exemple, une personne vivant de la colère peut l’exprimer en pleurant, tandis qu’une autre ressentira des tensions corporelles importantes, des sueurs, des palpitations.

Les émotions et les sentiments : des indicateurs de besoins

Derrière les émotions se cachent les sentiments. Ils précisent ce que nous ressentons. Une personne peut vivre de la tristesse (émotions), mais être envahie par le sentiment d’être démotivée. Cette précision vient spécifier ce que cette personne vit et ressent.

Le fait de spécifier nos émotions et sentiments permet non seulement de mieux répondre à nos besoins, mais cela permet aussi de mieux communiquer. Prenez garde aux sentiments intriqués : Je suis triste parce que je me sens abandonnée. Le sentiment d’abandon n’est pas un réel sentiment mais une interprétation de la situation. Lorsque nous communiquons, il est important de se baser sur des observations, des faits.

Ainsi, les émotions et les sentiments sont des indicateurs de besoins. Ces besoins sont les fondements de notre existence. Ils sont universels, peu importe nos origines. Les besoins peuvent engendrer d’importantes réactions physiologiques ou psychologiques lorsqu’ils sont ignorés ou non satisfaits.

Le mandat de bienveillance

Le mandat de bienveillance consiste à agir pour notre bien et celui d’autrui. Basé sur les principes de la communication consciente/non-violente, voici les étapes à suivre.

Étape 1 : Prendre action

Observez ce qui crée une réaction physiologique ou psychologique en se basant sur les faits. Par exemple : J’observe que je suis en colère quand la personne que j’attends est en retard au rendez-vous fixé. Je suis impatiente, mon cœur palpite et j’ai des chaleurs.

Étape 2 : Préciser ses sentiments.

Lorsque j’attends une personne en retard au rendez-vous fixé, je me sens impatiente et frustrée.

Étape 3 : Identifier ses besoins

J’identifie ce qui est important pour moi. Je me sens impatiente et frustrée parce que pour moi, l’engagement et le respect sont importants.  En clair : C’est important pour moi l’engagement et le respect.

Étape 4 : Adresser une demande bienveillante

Cette demande peut être formulée envers vous-même ou envers autrui. Le fait de la communiquer à autrui permettra d’éviter que la situation se reproduise.

Lorsque tu arrives en retard à notre rendez-vous, je ressens de la frustration et de l’impatiente parce que j’ai besoin de respect et d’engagement dans notre relation. Serais-tu d’accord d’essayer de respecter l’heure de notre rendez-vous la prochaine fois?

Validez ce que la personne a compris de votre demande et rectifiez au besoin. La communication est flexible et souvent mal interprétée. Néanmoins, lorsque l’action est basée sur la bienveillance, un grand pas est franchi.

Étapes de la communication consciente empathique

Groupe Ancora

Le cerveau émotionnel ou la neuroanatomie des émotions