Vivre heureux en pleine conscience

vivre heureuxLe célèbre philosophe grec Socrate disait qu’il est impossible de devenir meilleur si on ne se connaît pas; impossible même de vivre heureux si on ne sait pas ce qui nous convient ou pas. Prendre soin de soi, se résume essentiellement à se connaître soi-même. De même, une école de philosophie indienne souligne qu’il est impossible d’atteindre le bonheur sans se connaître soi-même. Pour y parvenir, le grand maître indien du 20e siècle Ramana Maharshi nous invite à nous poser la question : Qui suis-je?

Vivre curieux pour vivre heureux

La question de notre identité est sans doute une des questions les plus importantes de notre vie. Platon a dit qu’une vie passée dans l’ignorance de soi est une vie perdue, vécue dans le noir, sans point de repère. Je suis, j’existe. Il est possible d’affirmer ça et d’en vivre la certitude, ne serait-ce qu’en prenant contact avec sa respiration. Mais qui suis-je? Qui suis-je en dehors de mon nom, de mon métier, de mon rôle familial, social? Qui est celui ou celle qui respire en ce moment? Des crises, des remises en question, une maladie peuvent spontanément faire surgir la question Qui suis-je. Une question fondamentale, épurée de tout ce que nous ne sommes pas, et qui pourrait fort vous étonner, jusqu’à bouleverser votre vie.

Vivre lucide pour vivre heureux

Nous pensons tous déjà nous connaître. En fait, la connaissance de soi exige que nous sachions nous vider de toutes les informations superflues et extérieures. Elle impose de regarder avec un œil neuf ce que nous imaginons bien connaître. Habituellement, nous vivons en périphérie de nous-mêmes, dans une espèce de « normose », sujets aux influences de notre culture, conformes et investis dans l’action extérieure, en réponse à ce que l’on attend de nous.

Bousculés par les images du monde, nous connaissons plus de choses sur le monde extérieur et bien peu sur nous-mêmes. Découvrir ce que nous sommes est une voie moins fréquentée et pourtant remplie d’étonnements. Faut-il alors apprendre à distinguer la partie consciente (lucide) de notre expérience, de cette autre partie animée par tant de désirs. Difficile de conserver son objectivité. Séparer le vrai du faux. Pourtant, chaque question bien posée permet l’étonnement. Chaque instant de connaissance véritable nous transforme. Cella nous rend plus lucide, nous permet de vivre heureux.

Vivre son corps pour vivre heureux

Gérer sa vie, sa carrière, sa famille et tout le reste, se résume en un seul grand apprentissage vers lequel tendre : celui d’apprendre à habiter son corps. Et je ne parle pas ici d’exercice physique ni de saine alimentation, mais bien de gestion émotionnelle. Les émotions peuvent à elles seules gérer notre corps, notre vie, nos relations, de façon inattendue et parfois hors de tout contrôle. Ne pas apprendre à habiter son corps, c’est un peu comme si on s’assoyait sur le siège conducteur, tandis que le passager d’à côté contrôle le volant.

Les émotions sont déclenchées très facilement par des images d’objets ou d’événements qui apparaissent sur le moment ou qui sont remémorés. Peu importe si elles sont réelles ou imaginées, les images déclenchent en nous une chaîne d’événements. Les signaux venant des images traitées sont dispensés à plusieurs régions du cerveau et à travers tout le corps. En apprenant à vivre en contact attentif avec son corps et la variété de ressentis que cela permet, vous serez surpris de découvrir un tout nouveau monde, une nouvelle façon de vivre heureux, plus léger.

Vivre attentif pour vivre heureux

Plus on cultive l’attention, plus elle se développe. Et plus elle se raffine. Il n’y a pas de meilleure façon de vivre l’instant présent qu’en étant attentif. D’abord, devenir plus attentif à ce qui me touche, m’émeut, me choque, me trouble. Prendre le temps d’accueillir les sons de l’environnement. S’attarder consciemment en réalisant chaque petit geste du quotidien. Devenir attentif à la lumière, aux mouvements, à ses pas sur le sol. Attentif à autrui, à la façon dont il s’exprime, pose son regard, sourit. Enfin, être attentif à soi, à cette étrangeté qui m’habite. Et que j’apprends à aimer.

Les trousses de coaching offrent une réflexion structurée permettant une meilleure connaissance de soi.